top of page

Week-end mouvementé dans la Silicon Valley : retour sur l’affaire Sam Altman, dirigeant d’OpenAI

Le vendredi 17 novembre 2023, le grand public a appris le licenciement du PDG d’OpenAI, Sam Altman. Après de nombreuses rumeurs et un bref passage chez Microsoft, OpenAI a finalement annoncé, le lundi 20 novembre 2023, le retour de Sam Altman à la tête de la startup californienne. ESSEC Junior Développement revient sur cette affaire. Nous commencerons par présenter OpenAI, puis nous reviendrons sur ce week-end animé avant de discuter de l’influence de Microsoft dans ce dossier.

 

Vous l’ignorez peut-être, mais OpenAI est certainement la startup qui a le plus fait parler d’elle en 2023. En effet, l'une des réalisations notables d'OpenAI est la série de modèles de langage de grande envergure connue sous le nom de GPT (Generative Pre-trained Transformer). Ces modèles, tels que GPT-3.5 et GPT-4, sont capables de générer du texte de manière fluide et cohérente, permettant des applications dans divers domaines allant de l'assistance à la rédaction de contenu. L’entreprise de recherche en intelligence artificielle (IA) a été fondée en décembre 2015, avec pour mission de développer et de promouvoir une IA avancée et bénéfique pour l'humanité. L'entreprise est née d’un groupe d'entrepreneurs et d'experts en technologie, dont Elon Musk, Sam Altman, Greg Brockman et Ilya Sutskever. Initialement fondée en tant qu'organisation à but non lucratif, la startup s’est restructurée en 2019 en deux entités distinctes. La première est une organisation à but lucratif, appelée OpenAI LP (Limited Partnership), et la seconde est une entité à but non lucratif, OpenAI Inc. OpenAI LP permet à l'entreprise de lever des fonds, de collaborer avec des partenaires commerciaux et d'investir dans la recherche et le développement de technologies d'IA avancées. D'un autre côté, OpenAI Inc. continue à promouvoir des objectifs à but non lucratif, axés sur la recherche ouverte et l'accessibilité des découvertes et des connaissances en IA.


Pour comprendre les tensions au sein de la direction d’OpenAI, il convient de comprendre les liens que l’entreprise entretient avec Microsoft. En 2018, trois ans après sa création, la startup était parvenue à lever plus de 100 millions de dollars. Pourtant, face aux immenses coûts de développement et de test de ses outils, OpenAI a dû modifier ses statuts juridiques. En 2019, grâce à la création d’une entité à but lucratif, OpenAI a conclu un partenariat avec le géant Microsoft. Ce dernier injectera plus de 10 milliards de dollars afin de soutenir le développement d’OpenAI. Notons enfin que le conseil d’administration de l’entreprise n’avait pas évolué depuis 2015 malgré les changements majeurs de gouvernance.

 

Comment expliquer le départ inattendu de Sam Altman et son retour dans l’entreprise en à peine quatre jours ?


Le vendredi 17 novembre, à la surprise générale du grand public alors que l’entreprise gagnait en popularité depuis sa création, OpenAI annonçait le départ de son dirigeant, Sam Altman. Bien qu’il faille sans doute des dizaines d’années pour que toute la lumière soit faite sur cet événement, les premiers éléments démontrent des tensions dans la façon de penser entre Sam Altman et le reste du conseil d’administration. En effet, nous pouvons présenter deux courants de pensée quelque peu opposés dans leur vision du développement de l’IA. En premier lieu, l’effective altruism (altruisme efficace) dont les partisans estiment que la technologie doit être utilisée pour résoudre les défis de notre époque. Les défenseurs de cette idéologie soutiennent généralement l’importance de la régulation des activités de recherche. Dans un second temps, il y a l’effective accelerationism (accélérationnisme efficace) dont les partisans estiment que la technologie est par nature bénéfique et qu’il faut la développer massivement à l’aide d’importants capitaux humains. Les défenseurs de ce courant de pensée s’opposent généralement à la régulation. Les fondateurs et employés d’OpenAI étaient initialement partisans de l’effective altruism, comme le démontrait l’objet social de l’entreprise. Les tensions semblent être liées à un revirement des convictions du dirigeant, Sam Altman, qui, bien qu’initialement partisan de l’effective altruism, aurait montré depuis quelque temps un attrait pour la seconde idéologie. Le conseil d’administration d’OpenAI, plutôt conservateur, aurait alors décidé de se séparer de Sam Altman. 


Pendant le week-end, Microsoft avait annoncé que Sam Altman rejoindrait ses rangs en tant que responsable d’une nouvelle entité dédiée à la recherche avancée sur l’intelligence artificielle. Cependant, sous la pression médiatique et celle des employés d’OpenAI, le lundi 20 novembre 2023, selon différentes sources, 700 des 770 employés menaçaient de démissionner si Sam Altman ne revenait pas parmi eux. Ces derniers ont obtenu gain de cause dans la soirée puisqu’OpenAI a annoncé sur X (anciennement Twitter) qu’un accord avait été trouvé avec Sam Altman et qu’il reprendrait ses fonctions de DG. Sam Altman n’a pas manqué de réagir en twittant « J’ai hâte de retourner à OpenAI, et de bâtir un partenariat solide avec Microsoft ». Par la suite, nous avons appris le renouvellement partiel du conseil d’administration de l’entreprise, avec notamment l’arrivée de Bred Taylor, co-créateur de Google Maps, et de Larry Summers, ancien secrétaire au Trésor Américain.

 


La déclaration de Sam Altman en dit long sur l’influence de Microsoft sur la petite startup californienne.  En effet, avec 49% du capital d’OpenAI détenu et des investissements importants, Microsoft exerce une influence notable sur la startup. De plus, Satya Nadella, la responsable de Microsoft, a déclaré à plusieurs reprises que Sam Altman travaillerait avec Microsoft peu importe qu’il soit chez OpenAi ou chez Microsoft. Aussi, la dirigeante de Microsoft ne manque pas de rappeler aux médias que si OpenAi performe depuis quelques années, c’est en grande partie grâce à leurs soutiens financiers. Les actes de Microsoft nous conduisent à rappeler que les géants de la tech poursuivent depuis quelques années une course effrénée vers le développement de l’intelligence artificielle générale. Google, Microsoft, Apple, Amazon ou encore X cherchent chacun à être leader dans le développement de modèles d’intelligence artificielle. Plus récemment en France, Xavier Niel, Rodolphe Saadé et Éric Schmidt ont annoncé un projet d’IA, Kyutai, dont l’investissement dépasserait les 300 millions d’euros.

 

Écrit par Lucas Fernandes, consultant Junior ESSEC Junior Développement


 

Sources :
  • « ChatGPT : Pourquoi Sam Altman a-t-il été limogé avant d’être rappelé », Europe 1, 23 novembre 2023

  • « Retour de Sam Altman à la tête d'OpenAI : une bataille idéologique en toile de fond », FRANCE 24, 23 novembre 2023

  • « Anne Bouverot (ENS) : OpenAI, pourquoi Sam Altman a-t-il été viré ? », BFM Business, 20 novembre 2023

  • « OpenAI : aux sources de l’affaire Sam Altman », Le Monde, 24 novembre 2023

  • « Sam Altman (OpenAI) : « Je suis une légende » ! », LA TRIBUNE, 25 novembre 2023

  • « Pourquoi le psychodrame autour de Sam Altman va tout changer pour OpenAI », L’OBS, 23 novembre 2023

  • « Sam Altman et OpenAI : entre trahisons, panique et revirements », LesEchos, 25 novembre 2023

Comments


bottom of page